top of page

Glossaire

Accélération centripète

L'accélération centripète est l'accélération qui maintient un objet en mouvement circulaire uniforme sur une trajectoire circulaire. Elle s'exerce toujours vers le centre de la circonférence de mouvement. Lorsqu'un véhicule tourne autour d'un virage, les pneus sont soumis à une accélération centripète qui les maintient sur la trajectoire circulaire. De la même manière, lorsque la Terre tourne autour du Soleil, elle est soumise à une accélération centripète qui maintient sa trajectoire circulaire. Pour un mouvement circulaire uniforme, l'accélération centripète peut se calculer facilement : a = v*v/R où v est la vitesse de l'objet de rotation R est le rayon du cercle décrit

Accéléromètre

Un accéléromètre est un capteur qui mesure l'accélération de l'objet sur lequel il est installé. Il est généralement utilisé pour détecter les mouvements et les changements de position d'un objet dans l'espace. Les accéléromètres sont couramment utilisés dans les appareils électroniques portables, tels que les téléphones cellulaires et les ordinateurs portables, pour détecter la position de l'appareil et changer l'orientation de l'écran en conséquence. Ils sont également utilisés dans les dispositifs de navigation, les jouets et les drones pour détecter les mouvements et les changements de direction. Les premiers accéléromètres ont été inventés au début du 20ème siècle et ont été utilisés pour mesurer l'accélération et la vibration dans les applications industrielles et militaires. Ils utilisaient des ressorts et des masses en mouvement pour détecter l'accélération. Par exemple, l'accéléromètre de torsion à ressort, inventé en 1920 par le physicien allemand Albert Kahmen, utilisait un ressort et une masse en mouvement pour détecter l'accélération. Au cours des années 1960 et 1970, les accéléromètres électromécaniques ont commencé à être utilisés, qui utilisaient des capteurs électriques pour mesurer l'accélération au lieu de mécanismes mécaniques. Ces accéléromètres électromécaniques ont été utilisés dans les systèmes de guidage de missiles et de véhicules spatiaux, ainsi que dans les instruments de mesure de l'accélération en génie civil et en mécanique des sols. Aujourd'hui, la plupart des accéléromètres sont des capteurs électroniques miniaturisés, qui utilisent des technologies de micro-machines pour mesurer l'accélération. Ces capteurs sont largement utilisés dans les appareils électroniques portables, les dispositifs de navigation et les capteurs de mouvement industriels.

Addition de couleurs

La méthode additive de couleurs décrit comment les couleurs sont créées en combinant différentes sources de lumière de couleurs primaires. Les couleurs primaires utilisées dans la méthode additive sont le rouge, le vert et le bleu (RGB en anglais). Lorsque ces couleurs primaires sont combinées en proportions égales, elles produisent une lumière blanche. Si l'on augmente la proportion de l'une des couleurs primaires par rapport aux autres, la lumière produite aura une teinte correspondante. Par exemple, si l'on augmente la proportion de rouge par rapport au vert et au bleu, la lumière produite sera de couleur magenta. La méthode additive de couleurs est utilisée dans de nombreux domaines qui utilisent des sources de lumière, tels que l'affichage des écrans d'ordinateur, les téléviseurs, les projecteurs, les feux de signalisation, les feux de véhicules et les éclairages de scène. Les couleurs sont généralement créées en utilisant des diodes électroluminescentes (LED) ou des cristaux liquides (LCD) qui peuvent produire des couleurs différentes en ajustant les proportions de lumière rouge, verte et bleue.

Arduino

Arduino est une plateforme de développement open-source basée sur un microcontrôleur qui permet aux utilisateurs de créer des projets interactifs avec des capteurs, des actionneurs et des périphériques électroniques. Il est souvent utilisé dans les projets de robotique, de domotique, d'Internet des objets (IoT), de création musicale et de beaucoup d'autres projets qui nécessitent une interaction entre les utilisateurs et l'environnement. Pour utiliser un Arduino, vous devez avoir une carte Arduino, un ordinateur avec un logiciel de développement intégré (IDE) Arduino installé, et une série de composants électroniques tels que des capteurs, des actionneurs et des câbles pour connecter les composants à la carte Arduino. Une fois que vous avez tous les composants nécessaires, vous pouvez utiliser l'IDE Arduino pour écrire du code pour votre projet. Le code est écrit en utilisant un langage de programmation proche de C++. Vous pouvez utiliser les bibliothèques intégrées d'Arduino pour accéder aux fonctionnalités des différents capteurs et actionneurs. Le code est ensuite téléversé sur la carte Arduino à l'aide d'un câble USB. Une fois que le code est téléversé sur la carte, la carte Arduino utilise le code pour contrôler les différents composants électroniques connectés à elle. Les utilisateurs peuvent alors interagir avec le projet en utilisant les capteurs pour lire les données de l'environnement et en utilisant les actionneurs pour effectuer des actions telles que allumer une LED ou actionner un moteur.

Battement acoustique

Un battement acoustique est un phénomène sonore qui se produit lorsque deux ondes sonores de fréquences proches sont émises simultanément. La combinaison de sons se manifeste par des variations régulières de la hauteur du son, appelées battements. Ces variations de hauteur sont causées par des interférences constructives et destructives entre les deux ondes sonores. Les battements acoustiques sont généralement audibles lorsque les deux ondes sonores ont une fréquence très proche, mais ils peuvent également être observés dans d'autres types d'ondes, comme les ondes lumineuses. La formule pour calculer la fréquence de battement est : fréquence de battement = fréquence de l'onde 1 - fréquence de l'onde 2. Les battements acoustiques sont utilisés dans divers domaines tels que la médecine, la métrologie et l'ingénierie acoustique. La découverte des battements acoustiques est attribuée à Christian Doppler, qui a publié sa théorie en 1842.

Beer-Lambert (loi de)

La loi de Beer-Lambert est une loi physique qui décrit la façon dont la quantité d'énergie lumineuse d'une source passe à travers une substance transparente. Elle établit une relation entre l'intensité de la lumière entrante, l'intensité de la lumière sortante et la concentration de la substance à travers laquelle la lumière passe. Elle est formulée comme suit: I = I0 * e^(-kcx) où I est l'intensité de la lumière sortante, I0 est l'intensité de la lumière entrante, k est la constante d'absorption de la substance, c est la concentration de la substance et x est l'épaisseur de la substance. La loi de Beer-Lambert est utilisée dans de nombreux domaines, notamment la spectrophotométrie, qui est une technique utilisée pour mesurer la concentration de substances chimiques en utilisant la lumière. Elle est utilisée pour analyser les échantillons de sang, d'urine et de tissus pour détecter des maladies, des infections et des troubles métaboliques. Elle est également utilisée pour analyser les matériaux pour les propriétés optiques, pour les applications industrielles comme la fabrication de produits en verre et de pigments.

Bruit blanc

Le bruit blanc est un type de bruit qui a une intensité sonore constante sur toutes les fréquences. Cela signifie que le bruit blanc est composé de toutes les fréquences audibles de manière égale. On peut imaginer le bruit blanc comme étant similaire à un mur de sons, où chaque fréquence est représentée de manière égale. Le bruit blanc est utilisé comme référence pour mesurer la qualité de transmission de l'information dans les communications électroniques et électriques, ainsi que pour mesurer l'absorption des matériaux et la réflexion des surfaces en acoustique et en physique.

Bruit rose

Le bruit rose est un type de bruit blanc mais pour lequel les fréquences plus élevées ont une intensité sonore plus faible.

Choc inélastique

Un choc inélastique est un type de collision dans laquelle les deux corps qui entrent en collision ne se déforment pas de manière élastique et perdent de leur énergie cinétique initiale. Cela signifie que les deux corps ne rebondissent pas l'un contre l'autre et qu'une partie de leur énergie cinétique est convertie en énergie de choc et dissipée dans l'environnement. Lorsqu'une voiture heurte un mur, l'énergie cinétique de la voiture est convertie en énergie de choc et dissipée dans l'environnement sous forme de déformation de la voiture et de l'absorption de l'énergie par le mur. La voiture s'arrête et ne rebondit pas lors de cet impact, ce qui indique que le choc est inélastique. La formule de l'énergie cinétique avant et après un choc inélastique peut être écrite de la manière suivante : Énergie cinétique avant > Énergie cinétique après Où "Énergie cinétique avant" est l'énergie cinétique des deux corps avant le choc, et "Énergie cinétique après" est l'énergie cinétique des deux corps après le choc. Il est important de noter que, dans un choc inélastique, l'énergie cinétique n'est pas conservée, mais qu'une partie de cette énergie est convertie en énergie de choc et dissipée dans l'environnement. L'énergie potentielle et l'énergie élastique peuvent également être converties l'une en l'autre dans un choc inélastique.

Choc élastique

Un choc élastique est un type de collision dans laquelle les deux corps qui entrent en collision se déforment de manière élastique et conservent leur énergie cinétique initiale. Cela signifie que les deux corps rebondissent l'un contre l'autre sans perdre d'énergie. Un exemple de choc élastique est le mouvement de deux boules de billard qui entrent en collision. Si les deux boules sont en mouvement lorsqu'elles entrent en collision et qu'elles rebondissent l'une contre l'autre sans perdre d'énergie, le choc est élastique. La formule de l'énergie cinétique avant et après un choc élastique peut être écrite de la manière suivante : Énergie cinétique avant = Énergie cinétique après Où "Énergie cinétique avant" est l'énergie cinétique des deux corps avant le choc, et "Énergie cinétique après" est l'énergie cinétique des deux corps après le choc. Il est important de noter que, dans un choc élastique, l'énergie cinétique est conservée, mais que l'énergie potentielle et l'énergie élastique peuvent être converties l'une en l'autre.

Chronomètre acoustique

Un chronomètre acoustique est un appareil qui permet de mesurer le temps écoulé entre deux sons dont le niveau sonore est supérieur à un certain seuil. Un chronomètre acoustique (ou chronomètre sonore) n'est pas un appareil scientifique traditionnellement disponible sur une paillasse de laboratoire, mais il est disponible dans des applications spécialisés sur les sciences. Il est utile pour des expériences comme la mesure de la vitesse du son.

Chronophotographie

La chronophotographie est une technique photographique qui consiste à capturer des images d'un sujet en mouvement à des intervalles de temps réguliers et de les superposer sur la même image. On voit donc sur une seule image l'ensemble du mouvement d'un objet ou d'un être vivant. L'histoire de la chronophotographie remonte aux débuts de la photographie, avec les premiers expériences réalisées au milieu du XIXème siècle par des scientifiques et des inventeurs tels que Eadweard Muybridge et Étienne-Jules Marey. Muybridge, en 1878, a réalisé une série de photographies de chevaux en mouvement en utilisant un dispositif de déclenchement automatique pour prendre des photos à des intervalles de temps réguliers. Marey a quant à lui, en 1882, développé un appareil qu'il a appelé "photographe animal", qui utilisait un film continu pour capturer des images en mouvement à une vitesse de 12 images par seconde. Ces premières expériences ont conduit à l'invention de la caméra cinématographique, qui a permis de capturer des images en mouvement à des taux de prise de vue plus élevés. Aujourd'hui, la chronophotographie est utilisée dans de nombreux domaines, notamment la recherche scientifique, la médecine, le sport et les effets spéciaux cinématographiques.

Chute libre

La chute libre est le mouvement d'un corps soumis uniquement à l'influence de la gravité, sans aucune résistance de l'air ni aucun autre type de force. Cela signifie que si un objet soumis à l'attraction terrestre est lâché dans un espace vide, il continuera à tomber indéfiniment avec une accélération constante de 9,8 m/s² (1 g). Le concept de chute libre a été découvert par le scientifique italien Galilée Galilei au début du XVIIe siècle. Il a également établi la loi fondamentale de la dynamique selon laquelle tous les corps tombent avec la même accélération indépendamment de leur masse. Cette loi est connue sous le nom de "loi de Galilée de la chute libre". La formule mathématique pour calculer la distance parcourue par un objet en chute libre est: d = 1/2 * g * t² où d est la distance parcourue (en mètres), g est l'accélération de la gravité (9,8 m/s²) et t est le temps écoulé (en secondes). Par exemple, si un objet est lâché du haut d'une tour de 100 mètres et tombe pendant 5 secondes, la distance parcourue sera de: d = 1/2 * 9,8 * 5² = 122,5 mètres La vitesse à laquelle l'objet atteindra le sol sera de: v = g * t = 9,8 * 5 = 49 m/s

Cinématique

L'analyse cinématique est une méthode utilisée pour décrire les mouvements d'un objet ou d'un système en utilisant des grandeurs géométriques telles que la position, la vitesse et l'accélération. Elle ne considère pas les forces qui causent le mouvement, mais se concentre uniquement sur la description de celui-ci. L'analyse cinématique utilise souvent des outils mathématiques tels que des graphiques, des équations et des calculs pour décrire les mouvements, ainsi que des schémas et des modèles pour visualiser les positions et les trajectoires de mouvement. Elle est utilisée dans de nombreux domaines, tels que la mécanique, la robotique, l'aérodynamique, la biomécanique et la balistique pour étudier les mouvements des objets et des systèmes.

Colorimètre

Un colorimètre est un appareil utilisé pour mesurer la couleur d'un objet ou d'une surface. Il utilise généralement une source de lumière monochromatique (c'est-à-dire d'une seule longueur d'onde) pour éclairer l'objet, et mesure la quantité de lumière réfléchie ou transmise à différentes longueurs d'onde. Le colorimètre de FizziQ utilise la caméra d'un téléphone portable pour mesurer les couleurs en lumière ambiante. Les colorimètres sont souvent utilisés dans les laboratoires de recherche et de développement pour mesurer les propriétés de couleur des matériaux, tels que les pigments, les teintures et les revêtements. Ils sont également utilisés dans l'industrie de l'impression pour s'assurer que les couleurs imprimées correspondent aux couleurs spécifiées dans les fichiers d'impression. De plus, les colorimètres sont utilisés dans les domaines de la photographie et de la vidéo pour aider à régler les paramètres de couleur des appareils de capture d'image.

Conservation de l'énergie

La loi de conservation de l'énergie est un principe fondamental de la physique qui affirme que l'énergie ne peut ni être créée ni détruite, seulement convertie d'une forme à une autre ou déplacée d'un endroit à un autre. Cela signifie que l'énergie totale d'un système isolé reste constante au fil du temps. Lorsqu'un objet tombe d'une hauteur, il acquiert de l'énergie cinétique à mesure qu'il tombe en raison de la force de gravité, par contre l'énergie potentielle liée à sa position diminue. L'énergie totale de l'objet reste constante, cependant, car l'énergie cinétique gagnée pendant la chute est égale à l'énergie potentielle perdue. Lorsqu'une voiture roule sur une route, l'énergie contenue dans son réservoir sous forme de carburant est convertie en énergie cinétique qui fait avancer la voiture et en énergie de frottement de l'air sur la voiture. Lorsque la voiture freine et s'arrête, cette énergie cinétique est convertie en chaleur, qui est dissipée dans l'environnement. L'énergie totale de la voiture reste constante, cependant, car l'énergie produite par le carburant utilisé pour déplacer la voiture est égale à l'énergie de chaleur perdue lors de l'arrêt et aux frottements de l'air au cours du trajet.

Décibel

Le décibel (dB) est une unité de mesure utilisée pour exprimer l'intensité sonore ou la puissance de signal électrique. Elle est basée sur un logarithme décimal de la ratio de la valeur mesurée à une valeur de référence. Par exemple, l'intensité sonore normale d'une conversation humaine se situe entre 60 et 70 dB. Un avion décollant à proximité peut atteindre des niveaux de bruit de 120 dB ou plus, ce qui est très bruyant. Un augmentation de 10 dB représente environ une multiplication par 10 de l'intensité sonore ou de la puissance de signal. Par exemple, si un son est 10 fois plus puissant qu'un autre, il sera perçu comme étant 2 fois plus fort que l'autre, ce qui correspond à une augmentation de 3 dB. Le décibel est souvent utilisé pour mesurer le bruit, mais il est également utilisé dans d'autres domaines, tels que la mesure de la puissance de signal en radio ou en télécommunications, ou encore pour mesurer la luminosité des étoiles.

ESP32

ESP32 est un module microcontrôleur intégrant un processeur 32 bits, des options de connectivité sans fil Wi-Fi et Bluetooth, ainsi que des interfaces pour des capteurs et des périphériques externes. Il est développé et commercialisé par la société Espressif Systems. Il est basé sur un processeur dual-core Tensilica Xtensa LX6 capable de fonctionner jusqu'à 240 MHz, avec 520 Ko de mémoire SRAM et 4 Mo de mémoire flash. Il dispose également d'un grand nombre de périphériques intégrés tels que des interfaces pour des capteurs, des ports série, des ports I2C, des ports SPI, des ports PWM, des ports ADC, et des ports DAC. Il prend en charge les protocoles de communication sans fil tels que Wi-Fi 802.11 b/g/n et Bluetooth 4.2 (BR/EDR/BLE). L'ESP32 a été annoncé pour la première fois en 2016, et a rapidement gagné en popularité en raison de ses fonctionnalités avancées, de sa faible consommation d'énergie et de son coût abordable. Il est utilisé dans de nombreux projets de robotique, de domotique, d'Internet des objets (IoT) et de création musicale, et est souvent utilisé pour construire des réseaux de capteurs et des dispositifs de communication sans fil.

Effet Doppler

L'effet Doppler est un phénomène physique découvert par Christian Doppler en 1842, qui se produit lorsque la source d'un son ou d'une onde électromagnétique se déplace par rapport à un observateur. Il se traduit par une variation de la fréquence perçue par l'observateur, qui est plus élevée lorsque la source se rapproche et plus faible lorsque la source s'éloigne. Cet effet est utilisé dans de nombreux domaines, notamment la météorologie, l'astronomie et la médecine. La formule pour calculer l'effet Doppler est : f' = f(c+v_s)/(c+v_o) où f est la fréquence de la source, c est la vitesse de la lumière, v_s est la vitesse de la source et v_o est la vitesse de l'observateur.

Energie cinétique

L'énergie cinétique est l'énergie que possède un objet en mouvement. Elle est directement liée à sa vitesse et à sa masse, et peut être calculée en utilisant la formule suivante : Énergie cinétique = 1/2 * masse * vitesse^2 Plus un objet est lourd et plus il se déplace rapidement, plus il a d'énergie cinétique. Un exemple d'énergie cinétique est le mouvement d'un ballon de football frappé par un joueur. Lorsque le ballon est frappé, il acquiert de l'énergie cinétique en raison de la force exercée par le pied du joueur, qui lui donne une vitesse élevée. Plus la vitesse du ballon est élevé, plus elle a d'énergie cinétique.

Energie mécanique

L'énergie mécanique est une grandeur utilisée en physique pour désigner l'énergie d'un système stockée sous forme d'énergie cinétique et d'énergie potentielle. L'énergie mécanique représente la somme de toutes les énergies existant dans un système. Dans un cas où le système ne rencontre aucune force de frottement, la loi de conservation de l'énergie s'applique : l'énergie ne sera ni créée ni détruite. Cependant, elle pourrait être transférée d'un objet à un autre ou transformée en d'autres types d'énergie.

Energie potentielle

L'énergie potentielle est l'énergie que possède un objet en raison de sa position dans l'espace. Elle dépend de la force exercée sur l'objet et de la distance parcourue sous l'action de cette force.Pour un objet soumis à la force de gravité, la formule de l'énergie potentielle est la suivante : Énergie potentielle = masse * acceleration de la gravité * hauteur Où "masse" est la masse de l'objet, "acceleration de la gravité" est l'accélération de la gravité (qui vaut environ 9,8 m/s^2 sur Terre) et "hauteur" est la hauteur de l'objet par rapport à un niveau de référence choisi. Il est important de noter que l'énergie potentielle n'est pas une quantité absolue, mais plutôt une différence de quantité d'énergie entre deux positions. Par conséquent, il est nécessaire de choisir un niveau de référence pour déterminer l'énergie potentielle d'un objet. Le plus souvent, le niveau de référence choisi est le sol, de sorte que l'énergie potentielle d'un objet au sol est égale à zéro. L'eau dans un réservoir en haut d'une colline a de l'énergie potentielle en raison de sa position élevée par rapport au sol. Lorsque l'eau est libérée et descend le long d'un tuyau jusqu'à un moulin, cette énergie potentielle est convertie en énergie mécanique (énergie de mouvement des roues du moulin).

Energie élastique

L'énergie élastique est l'énergie stockée dans un corps lorsqu'il est déformé de manière élastique, c'est-à-dire lorsqu'il revient à sa forme initiale lorsque la force qui le déforme est retirée. La formule de l'énergie élastique dépend de la force exercée sur le corps et de la distance parcourue sous l'action de cette force. Pour un corps soumis à une force élastique, la formule de l'énergie élastique peut être écrite de la manière suivante : Énergie élastique = 1/2 * constante élastique * déplacement^2 Où "constante élastique" est une constante qui dépend du matériau du corps et de sa forme, et "déplacement" est la distance parcourue sous l'action de la force élastique. Il est important de noter que l'énergie élastique n'est pas une quantité absolue, mais plutôt une différence de quantité d'énergie entre deux positions. Par conséquent, il est nécessaire de choisir un niveau de référence pour déterminer l'énergie élastique d'un corps. Le plus souvent, le niveau de référence choisi est la position initiale du corps avant qu'il ne soit déformé, de sorte que l'énergie élastique de ce corps est égale à zéro.

Force centrifuge

La force centrifuge est une force apparente qui s'exerce sur un objet en mouvement circulaire uniforme. Elle apparaît comme s'il y avait une force qui pousse l'objet vers l'extérieur du cercle de mouvement. En réalité, cette force n'existe pas, elle est une sensation due à la vitesse de l'objet en mouvement circulaire. Quand on se place sur l'extérieur d'un manège en rotation on a ainsi l'impression d'être poussé vers l'extérieur, ou lorsqu'un skieur effectue un virage serré sur une piste de ski, il ressent une force centrifuge qui le pousse vers l'extérieur du virage. Si on tourne sur soi-même, on a également l'impression que nos bras sont poussés vers l'extérieur. Si l'objet suit un mouvement circulaire uniforme, la force centrait-fuge est égale à : F = m*v*v/R où F est la force centrifuge dirigée vers l'extérieure v est la vitesse de l'objet R est le rayon du cercle décrit

Frottements (force de)

La force de frottement est une force qui s'oppose au mouvement d'un objet en contact avec une surface. Elle dépend de la nature des deux matériaux en contact et de la force appliquée sur l'objet. La force de frottement peut être soit statique (lorsqu'il s'oppose à un mouvement initial) ou dynamique (lorsqu'elle s'oppose à un mouvement en cours). La force de frottement se calcule par la formule suivante: Force de frottement = Force motrice - Force résultante

Fréquence (d'un son)

La fréquence d'un son est la mesure du nombre de cycles par seconde d'une onde sonore. Lorsqu'une source de son produit un son, elle crée des vibrations dans l'air (ou tout autre milieu) qui se propagent sous forme d'ondes sonores. La fréquence d'un son est le nombre de cycles complets de ces vibrations qui se produisent en une seconde. Plus la fréquence est élevée, plus le son est aigu, et plus elle est faible, plus le son est grave. La fréquence est mesurée en Hertz (Hz), qui est l'unité de mesure de la fréquence. Un Hertz représente une vibration par seconde. Par exemple, une fréquence de 1000 Hz correspond à 1000 vibrations par seconde. Les premières recherches concernant les phénomènes sonores datent du VIe siècle avant l'ère chrétienne avec l'école pythagoricienne qui se étudie le fonctionnement des cordes vibrantes et construisit une échelle musicale. La description de la première détermination absolue de la fréquence d'un son pur audibles proposée par Mersenne dans son Harmonie universelle (1637). Mersenne fait également les premiers calculs de la vitesse du son. C'est le physicien et mathématicien allemand Christian Johann Doppler qui a été le premier à suggérer que la fréquence d'un son pouvait être modifiée par le mouvement de la source ou de l'observateur. Cela a conduit à l'effet Doppler, qui porte son nom et qui est maintenant largement utilisé dans de nombreuses applications, notamment en météorologie et en médecine. Le physicien Lord Rayleigh développe la théorie qui porte maintenant son nom, connue sous le nom de théorie de Rayleigh. Cette théorie décrit comment les ondes sonores se propagent dans un milieu et comment elles sont affectées par différents facteurs tels que la densité et la pression de l'air.

Fréquence (d'une note)

Les fréquences des notes de musique sont calculées en utilisant le système de tempérament égal, qui a été inventé au XVIIe siècle par des musiciens et des mathématiciens tels que Vincenzo Galilei (père de Galileo) et Simon Stevin. Le système de tempérament égal divise l'octave en 12 intervalles égaux, chacun représentant un "demi-ton". La fréquence d'une note donnée est déterminée en utilisant la relation mathématique suivante : f_n = f_0 * 2^(n/12) Où f_n est la fréquence de la note, f_0 est la fréquence de la note de référence (généralement celle de l'La), et n est le nombre de demi-tons séparant la note de référence de la note ciblée. Avant l'invention de ce système, les musiciens utilisaient des systèmes de tempérament qui donnaient des notes légèrement différentes des notes actuelles, ce qui rendait difficile de jouer avec des instruments de différents fabricants ou de différents systèmes de tempérament. Le système de tempérament égal est maintenant utilisé dans la plupart des instruments de musique occidentaux moderne. Il permet de jouer des accords parfaits avec des instruments de différents fabricants ou dans différents systèmes de tempérament.

Gravité

Qu'est ce que la gravité et quelles expériences de sciences peut-on réaliser pour mieux comprendre ce qu'elle représente ? La gravité est une force qui attire chaque corps massif l'un vers l'autre. Elle est responsable de la chute des objets vers le sol et de la trajectoire elliptique des corps célestes autour de leur étoile. La gravité a été théorisée par l'astronome et physicien anglais Isaac Newton au 17ème siècle. Newton s’appuie sur les travaux de Galilée qui a observé que tous les objets tombent vers le sol à la même vitesse, quelle que soit leur masse. Newton a l’intuition que cela était dû à une force de gravitation universelle exercée par la Terre. Newton a également formulé les lois de la mécanique qui décrivent le mouvement des corps sous l'influence de la gravité. Selon ces lois, la force de gravitation entre deux corps est proportionnelle à leur masse et à la distance qui les sépare, et elle agit toujours selon une ligne qui relie les centres de masse des deux corps. Plus tard, le physicien allemand Albert Einstein a développé la théorie de la relativité générale, qui fournit une description plus précise de la gravité en prenant en compte les effets de la vitesse de la lumière et de la courbure de l'espace-temps. Selon cette théorie, la gravité est le résultat de la courbure de l'espace-temps causée par la masse et l'énergie des corps.

Gyroscope

Un gyroscope est un dispositif qui utilise l'effet de la conservation de l'angulaire pour maintenir un axe de rotation stable par rapport à un référentiel extérieur. Il a été inventé en 1817 par Jean-Bernard-Léon Foucault, un physicien français. L'histoire du gyroscope remonte aux débuts de la physique classique, où il a été utilisé pour démontrer la rotation de la Terre. En 1852, Foucault a utilisé un grand pendule à rotation pour prouver que la Terre tournait, ce qui a révolutionné notre compréhension de notre planète. Les premières applications pratiques du gyroscope ont été pour les compas à rotation, utilisés pour la navigation maritime et aérienne. Les gyroscopes ont également été utilisés pour maintenir la stabilité des véhicules, tels que les véhicules à roues et les avions, ainsi que pour les systèmes de contrôle de l'attitude pour les satellites et les véhicules spatiaux. La formule qui décrit le comportement d'un gyroscope est l'équation de precession, qui décrit comment l'angle de précession varie en fonction du moment d'inertie, de la vitesse angulaire et de la force d'appui appliquée à l'axe de rotation: Ωp = (L x Ω) / I Où Ωp est la vitesse angulaire de précession L est le moment cinétique de l'objet Ω est la vitesse angulaire de rotation initiale I est le moment d'inertie de l'objet Un exemple d'utilisation courante d'un gyroscope est dans les systèmes de stabilisation des plateformes, tels que les systèmes de stabilisation pour les caméras ou les drones.

Hafele-Keating (Expérience de)

L'expérience de Hafele-Keating est un test expérimental de la relativité générale. Il a été réalisé en Octobre 1971 par Joseph Hafele et Richard Keating. Dans cette expérience, quatre horloges atomiques synchronisées furent embarquées pendant 632 heures dans des vols commerciaux et firent deux fois le tour du monde, une fois vers l'est et l'autre vers l'ouest. Comparées à l'arrivée avec une autre horloge atomique resté au sol, les horloges présentèrent effectivement le décalage temporel prévu par la théorie.

Intensité sonore

L'intensité sonore est une mesure de l'énergie acoustique d'un son. Plus l'intensité sonore est élevée, plus le son est fort. L'intensité sonore se note I et s'exprime en watt par mètre carré (W.m-2). L'intensité sonore dépends de plusieurs paramètres : 1. l'intensité sonore à l'émetteur 2. la distance du récepteur à la source sonore 3. la présence d'obstacles qui absorbent ou réfléchissent les ondes sonores On peut mesurer l'intensité sonore avec un sonomètre, comme l'application FizziQ, un appareil qui convertit l'énergie acoustique en un signal électrique mesurable.

Loi de gravitation

La loi de la gravitation est une loi physique qui décrit l'attraction gravitationnelle entre deux corps. Elle stipule que tous les corps dans l'univers sont attirés l'un vers l'autre avec une force proportionnelle à leur masse et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare. La loi de la gravitation a été découverte par le scientifique anglais Isaac Newton au XVIIe siècle. Il a également développé la formule mathématique qui la décrit: F = G * (m1 * m2) / d² où F est la force de gravitation (en newtons), G est la constante gravitationnelle (6,67 × 10^-11 N.m²/kg²), m1 et m2 sont les masses des deux corps (en kg) et d est la distance qui les sépare (en mètres). Un exemple de cette loi est l'attraction gravitationnelle entre la Terre et la Lune. La force de gravitation qui s'exerce entre ces deux corps peut être calculée en utilisant la formule ci-dessus. Si la masse de la Terre est de 5,97 × 10^24 kg et celle de la Lune est de 7,35 × 10^22 kg, et si la distance moyenne entre ces deux corps est de 3,84 × 10^8 mètres, alors la force de gravitation qui s'exerce entre eux est de: F = 6,67 × 10^-11 * (5,97 × 10^24 * 7,35 × 10^22) / (3,84 × 10^8)² = 1,23 × 10^20 N Selon la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein, la gravitation n'est pas une force qui attire les corps l'un vers l'autre, mais plutôt une curvature de l'espace-temps causée par la présence de masse ou d'énergie. Lorsqu'un corps massif, comme une planète ou une étoile, est présent dans l'univers, il "creuse" une sorte de "trou" dans l'espace-temps en raison de sa masse. Les autres corps qui se trouvent à proximité de ce trou, comme des satellites ou des objets en chute libre, sont attirés vers lui en suivant la courbe de l'espace-temps. C'est ce qui crée l'effet de gravitation. Einstein a développé une équation pour décrire cette courbure de l'espace-temps, connue sous le nom d'équation de la relativité générale. Cette équation prédit avec une grande précision de nombreux phénomènes observés dans l'univers, tels que la déviation de la lumière par le Soleil et la précession des périhélies des planètes du système solaire. La théorie de la relativité générale est l'une des théories les plus importantes et les plus réussies de la physique moderne.

Machine d'Atwood

La machine d'Atwood est un appareil expérimental utilisé pour étudier les principes de la mécanique classique, en particulier les lois de la conservation de l'énergie et de la quantité de mouvement. Il se compose de deux masses accrochées à une corde qui passe par un poulie. L'une des masses est fixe tandis que l'autre est libre de se déplacer. La machine d'Atwood sert à montrer comment l'énergie potentielle et l'énergie cinétique d'un système varient lorsque les masses sont en mouvement, et comment ces énergies sont reliées à la vitesse et à l'accélération. La formule utilisée pour calculer l'accélération de la machine est : a = (m1-m2)/(m1+m2)g, où m1 et m2 sont les masses des objets et g est l'accélération de la pesanteur. La machine d'Atwood a été inventée par le mathématicien et physicien anglais George Atwood au début du 18ème siècle. Il l'a utilisé pour étudier les principes de la mécanique newtonienne, qui décrivent comment les forces agissent sur les objets en mouvement. Il est devenu un outil de base pour l'enseignement de la physique en raison de sa simplicité et de sa capacité à montrer clairement les principes mécaniques en jeu.

Magnétomètre

Un magnétomètre est un appareil utilisé pour mesurer les champs magnétiques. Il existe plusieurs types de magnétomètres, chacun ayant des caractéristiques et des utilisations différentes. Les smartphones utilisent des magnétomètres à effet Hall, qui mesure la déviation d'un courant électrique qui traverse une plaque en présence d’un champ magnétique. Plus le champ magnétique est fort, plus le courant est dévié. Les utilisations courantes magnétomètre incluent : - la navigation terrestre et maritime en utilisant les champs magnétiques terrestres pour déterminer la direction - les études géologiques pour mesurer les champs magnétiques associés aux roches et aux minéraux - l'analyse des propriétés magnétiques des matériaux pour les applications industrielles telles que les moteurs électriques, les aimants permanents et les dispositifs de stockage de données - la recherche scientifique pour étudier les phénomènes magnétiques dans l'environnement naturel, comme les aurores boréales et les tempêtes solaires.

Micro:bit

Micro:bit est un ordinateur de poche programmable développé par une organisation à but non lucratif britannique appelée Micro:bit Educational Foundation, en collaboration avec des entreprises et des organisations gouvernementales. Il a été lancé en 2015 dans le but de fournir aux élèves un moyen abordable et accessible d'apprendre la programmation informatique et l'électronique. Le Micro:bit est un petit ordinateur qui mesure environ 4 cm x 5 cm et pèse moins de 50g. Il possède un processeur, une mémoire, des entrées/sorties numériques et analogiques, un accéléromètre, une boussole, une LED matrix, un bouton et une prise pour une pile. Il peut être programmé à l'aide d'un logiciel de développement intégré (IDE) en ligne ou via un ordinateur à l'aide de différents langages de programmation tels que Python, JavaScript et Microsoft Block. Il est conçu pour être utilisé dans un environnement d'apprentissage, mais peut également être utilisé pour de nombreux projets créatifs et personnels. Il est utilisé dans de nombreux domaines tels que la robotique, la domotique, les jeux, les projets artistiques, les projets de sciences et les projets d'Internet des objets. Micro:bit Educational Foundation a été crée en 2013, cette fondation a pour but de donner aux enfants et aux jeunes un accès à l'éducation en programmation et en technologie de l'information. En 2015, ils ont lancé un appel d'offres pour un ordinateur de poche abordable pour les écoles, qui a donné naissance au Micro:bit. Depuis son lancement, il a été distribué à plus de 10 millions d'élèves dans le monde entier.

Microphone

Un microphone est un appareil qui convertit les ondes sonores en signaux électriques. Il est utilisé pour enregistrer, amplifier ou transmettre la voix ou les sons à travers un système électronique. Il existe différents types de microphones mais de manière général un microphone reçoit une onde sonore et la transforment en un signal électrique en modifiant un paramètre physique (mouvement, champ, résonance) qui est ensuite converti en courant électrique. Les microphones sont utilisés dans une variété d'applications de la vie quotidienne et à permis l'essor de toute l'industrie de la musique et des télécommunication depuis son invention en 1876 par Alexander Graham Bell. Dans un smartphone il sert principalement pour la fonction de téléphone, pour la fonction vidéo et pour la fonction d'enregistrer de notes vocales. On peut également l'utiliser dans le cadre de l'expérimentation scientifique pour faire de nombreuses expériences sur le son et les onde sonores, comme la mesure de la vitesse du son, ou de la période d'un son pur, ou la visualisation du spectre sonore d'un son ou d'une note de musique.

Mouvement Rectiligne Uniforme (MRU)

Un mouvement rectiligne uniforme est un mouvement dans lequel un objet se déplace à une vitesse constante dans une direction droite. Il est caractérisé par une accélération nulle, c'est-à-dire que la vitesse de l'objet reste constante au cours du temps. L'évolution de la position d'un objet en mouvement rectiligne uniforme peut être décrite par une courbe linéaire. La vitesse moyenne d'un objet en mouvement rectiligne uniforme est égale à la distance parcourue divisée par le temps écoulé. La vitesse instantanée d'un objet en mouvement rectiligne uniforme est constante. L'accélération d'un objet en mouvement rectiligne uniforme est nulle.

Mouvement Rectiligne Uniformément Accéléré (MRUA)

Le mouvement rectiligne uniformément accéléré (MRUA) est le mouvement d’un mobile en ligne droite dont l’accélération est constante. Dans un MRUA, puisque l'accélération est constante, la variation de la vitesse est la même chaque seconde. Par contre, la variation de position est donc de plus en plus grande, puisqu'une plus grande distance est parcourue à chaque intervalle de temps. L'utilisation du terme rectiligne dans la définition du MRUA renvoie au mouvement en ligne droite. Lorsqu'un mouvement se déroule dans plus d'un axe (par exemple dans un mouvement de projectile), la décomposition de ce mouvement selon les différents axes en facilite l'analyse.

Mouvement circulaire uniforme

Un mouvement circulaire uniforme est un mouvement dans lequel un objet se déplace sur une circonférence à une vitesse constante. La direction et la vitesse de l'objet sont constamment orientées vers le centre de la circonférence. Par exemple la rotation d'une roue qui tourne à vitesse constante, le mouvement de la Terre autour du Soleil, le mouvement d'un manège de fête foraine, ou le mouvement d'une toupie qui tourne sur elle-même sont des mouvements circulaires uniformes. Dans un mouvement circulaire uniforme, le vecteur vitesse est tangent au cercle de la trajectoire, donc perpendiculaire au rayon durant tout le mouvement. La norm de ce vecteur est constante puisque le mouvement est uniforme. Par contre il n'est pas contant en direction. Le vecteur accélération pointe constamment vers le centre du cercle, et sa valeur est : a = v*v/R v est la vitesse (m.s-1) R est le rayon du cercle de la trajectoire (m) a est l'accélération (m.s-2)

Niels Bohr

L'histoire certainement apocryphe de Niels Bohr se jouant de son professeur de physique et démontrant son incroyable intelligence est célèbre pour montrer qu'il y a de multiples solutions pour résoudre un problème. Elle est romancée par Murray Gell-Mann dans son livre "Le quark et le jaguar" de la façon suivante : "J'ai reçu un coup de fil d'un collègue à propos d'un étudiant. Il estimait qu'il devait lui donner un zéro à une question de physique, alors que l'étudiant réclamait un 20. Le professeur et l'étudiant se mirent d'accord pour choisir un arbitre impartial et je fus choisi. Je lus la question de l'examen : Montrez comment il est possible de déterminer la hauteur d'un immeuble à l'aide d'un baromètre. L'étudiant avait répondu : On prend le baromètre en haut de l'immeuble, on lui attache une corde, on le fait glisser jusqu'au sol, ensuite on le remonte et on mesure la longueur de la corde. La longueur de la corde donne la hauteur de l'immeuble. L'étudiant avait raison vu qu'il avait répondu juste et complètement à la question. D'un autre côté, je ne pouvais pas lui mettre ses points : dans ce cas, il aurait reçu son diplôme de physique alors qu'il ne m'avait pas montré de connaissances en physique. J'ai proposé de donner une autre chance à l'étudiant en lui donnant six minutes pour répondre à la question avec l'avertissement que pour la réponse il devait utiliser ses connaissances en physique. Après cinq minutes, il n'avait encore rien écrit. Je lui ai demandé s'il voulait abandonner mais il répondit qu'il avait beaucoup de réponses pour ce problème et qu'il cherchait la meilleure d'entre elles. Je me suis excusé de l'avoir interrompu et lui ai demandé de continuer. Dans la minute qui suivit, il se hâta pour me répondre : — On place le baromètre à la hauteur du toit. On le laisse tomber en mesurant son temps de chute avec un chronomètre. Ensuite en utilisant la formule x = 1/2*g*t*t, on trouve la hauteur de l'immeuble. À ce moment, j'ai demandé à mon collègue s'il voulait abandonner. Il me répondit par l'affirmative et donna presque 20 à l'étudiant. En quittant son bureau, j'ai rappelé l'étudiant car il avait dit qu'il avait plusieurs solutions à ce problème. — Hé bien, dit-il, il y a plusieurs façons de calculer la hauteur d'un immeuble avec un baromètre. Par exemple, on le place dehors lorsqu'il y a du soleil. On mesure la hauteur du baromètre, la longueur de son ombre et la longueur de l'ombre de l'immeuble. Ensuite, avec un simple calcul de proportion, on trouve la hauteur de l'immeuble. — Bien, lui répondis-je, et les autres. — Il y a une méthode assez basique que vous allez apprécier. On monte les étages avec un baromètre et en même temps on marque la longueur du baromètre sur le mur. En comptant le nombre de traits, on a la hauteur de l'immeuble en longueur de baromètre. C'est une méthode très directe. Bien sûr, si vous voulez une méthode plus sophistiquée, vous pouvez pendre le baromètre à une corde, le faire balancer comme un pendule et déterminer la valeur de g au niveau de la rue et au niveau du toit. À partir de la différence de g la hauteur de l'immeuble peut être calculée. De la même façon, on l'attache à une grande corde et en étant sur le toit, on le laisse descendre jusqu'à peu près le niveau de la rue. On le fait balancer comme un pendule et on calcule la hauteur de l'immeuble à partir de la période des oscillations. Finalement, il conclut : — Il y a encore d'autres façons de résoudre ce problème. Probablement la meilleure est d'aller au sous-sol, frapper à la porte du concierge et lui dire : « J'ai pour vous un superbe baromètre si vous me dites quelle est la hauteur de l'immeuble. » J'ai ensuite demandé à l'étudiant s'il connaissait la réponse que j'attendais. Il a admis que oui mais qu'il en avait marre de l'université et des professeurs qui essayaient de lui apprendre comment il devait penser. »

Podomètre

Un podomètre est un dispositif utilisé pour mesurer le nombre de pas effectués lors d'une marche ou d'une course à pied. Il est généralement porté sur le corps, souvent attaché à une ceinture ou un bracelet, et utilise des capteurs pour détecter les mouvements et les vibrations qui se produisent lorsque vous marchez ou courez. Les données sont ensuite converties en pas. L'histoire des podomètres remonte à plusieurs siècles, où les gens ont utilisé des compteurs de pas pour mesurer la distance parcourue lors de voyages à pied. Les premiers podomètres modernes électroniques ont été développés dans les années 1960, et ont été utilisés principalement pour les études scientifiques sur l'activité physique. Avec l'avènement des technologies de l'information, les podomètres sont devenus plus accessibles et plus faciles à utiliser pour le grand public, et ont été intégrés dans des appareils électroniques tels que les téléphones portables, les montres intelligentes et les bracelets d'activité. Un exemple courant d'utilisation d'un podomètre est pour suivre l'activité physique, les utilisateurs peuvent fixer des objectifs quotidiens en termes de nombre de pas, et utiliser ces données pour évaluer leur forme physique et améliorer leur santé globale. Il peut également être utilisé en combinaison avec d'autres données, comme la distance parcourue et les calories brûlées pour suivre les progrès d'un programme de fitness. Les podomètres peuvent également être utilisés pour la recherche sur la santé, l'analyse de données sur la population et pour développer des programmes d'amélioration de la santé.

Réduction de bruit active

Un casque à réduction de bruit active utilise des microphones pour capturer le bruit ambiant de l'environnement extérieur. Il utilise ensuite un processus appelé "annulation de bruit" pour générer un signal de bruit inverse, qui est combiné avec le signal audio entrant pour annuler les bruits indésirables.

Référentiel galiléen

Un référentiel galiléen est un référentiel dans lequel le principe d'inertie est vérifié, c'est-à-dire que tout corps ponctuel sur lequel ne s’exerce aucune force ou sur lequel la résultante des forces est nulle est en mouvement de translation rectiligne uniforme, ou au repos. L'histoire de la théorie galiléenne remonte au 17ème siècle, lorsque Galileo Galilei a commencé à étudier les mouvements des corps célestes en utilisant des instruments tels que la lunette astronomique. Il a découvert que les corps célestes suivaient des lois simples en matière de mouvement, indépendamment de leur position dans l'espace, et que ces lois étaient indépendantes de l'observateur. Ces découvertes ont conduit à la formulation de la première théorie moderne de la mécanique, connue sous le nom de "mécanique galiléenne" qui décrit comment les corps se déplacent sous l'effet de forces connues. Un exemple courant d'utilisation d'un référentiel galiléen est pour décrire les mouvements des corps célestes dans l'espace, tels que les satellites et les planètes. Il est également utilisé pour décrire les mouvements des objets sur Terre, tels que les véhicules terrestres et les avions. Il est important de noter que dans le contexte de la physique moderne, les référentiels galiléens ne sont plus considérés comme des référentiels absolus mais plutôt comme des référentiels approximatifs car ils ne tiennent pas compte de certaines effets relativistes.

Résonance (fréquence de)

La fréquence de résonance d'une cavité est la fréquence à laquelle une onde vibratoire peut s'amplifier considérablement à l'intérieur de la cavité. Cela se produit lorsque la fréquence de l'onde est en phase avec les réflexions internes de la cavité, créant ainsi une résonance. Cet effet s'appelle la résonance de Helmholtz. La fréquence de résonance dépend des dimensions et des caractéristiques acoustiques de la cavité. Pour certaines cavités on peut donner la formule analytique de la fréquence de résonance. Par exemple pour un tube fermé de longueur l et de rayon r, la fréquence de résonance f est : f = c/(4*(l+2a) avec a = 0,62*R

Son complexe

Un son complexe est un son qui est produit par une combinaison de plusieurs fréquences distinctes. La plupart des sons que nous entendons sont des sons complexes, tels que la voix humaine, les instruments de musique, les moteurs, les animaux, etc. Bien que les notes de musique soient en théorie des sons purs, les instruments créent des sons complexes du fait de la résonance des instruments qui génèrent ce que l'on appelle des harmoniques. Le son particulier de chaque instrument s'appelle le timbre. Les sons complexes peuvent également être analysés et décomposés en leurs fréquences constitutives pour étudier leur composition et leur structure. C'est ce que l'on appelle l'analyse par spectre ou analyse spectrale. FizziQ permet de faire une telle analyse.

Son harmonique

Un son harmonique est un son qui a une fréquence qui est un multiple entier de la fréquence fondamentale d'un son. Par exemple, si la fréquence fondamentale d'un son est de 100 Hz, alors les fréquences de 200 Hz, 300 Hz, 400 Hz, etc. seraient des harmoniques de ce son. Les sons harmoniques sont souvent produits par des sources sonores qui vibrent de manière régulière, comme les cordes d'un violon ou les cordes vocales d'un chanteur. Ils sont également produits par des sources sonores synthétiques, comme les claviers électroniques et les logiciels de synthèse sonore. Il est relativement facile de reconnaître un son harmonique. Ils ont généralement une qualité de son plus claire et plus cristalline que les sons non harmoniques, et ils peuvent souvent être perçus comme étant plus "purs" ou "agréables" à l'oreille.

Son pur

Un son pur est un son qui est produit par une seule fréquence, sans aucune modulation ou combinaison avec d'autres fréquences. Ce son peut être produit par une source sonore simple, comme une flûte ou une corde de violon, ou par un générateur électronique de sons purs. Les sons purs sont utiles pour la recherche scientifique et la calibration d'équipements audio. Ils peuvent également être utilisés pour tester l'acuité auditive et la capacité d'une personne à distinguer différentes fréquences sonores. Les sons purs sont opposés aux sons complexes qui sont composés de plusieurs sons purs.

Théodolite

Un théodolite est un instrument de mesure utilisé pour mesurer les angles horizontaux et verticaux. Il est principalement utilisé en topographie, en génie civil, en construction et en géodésie pour mesurer les angles d'inclinaison et les distances horizontales et verticales. Il peut également être utilisé pour mesurer l'orientation de points d'intérêt tels que les bâtiments, les arbres et les monuments. Les théodolites modernes sont généralement équipés de fonctionnalités électroniques telles que des capteurs électroniques et des dispositifs de mise à niveau automatique pour améliorer la précision des mesures. Le théodolite de l'application FizziQ permet de mesurer des angles sur le plan vertical par rapport à l'horizontal, et également de mesurer l'angle d'un point visé avec l'appareil photo et le nord. Cet outil est utilisé pour réaliser des mesures de triangulation et de hauteur.

Timbre (d'un instrument de musique)

Le timbre d'un instrument de musique est la qualité distinctive de son son, qui le différencie des autres instruments. Cela inclut les caractéristiques comme la hauteur, l'intensité, la durée et le spectre (les fréquences composant le son). Par exemple, le timbre d'un violon est différent du timbre d'un saxophone, même s'ils jouent la même note à la même hauteur. Le timbre d'un instrument est influencé par de nombreux facteurs, tels que la forme et la taille de l'instrument, les matériaux utilisés pour le fabriquer, la façon dont il est joué (par exemple, avec ou sans vibrato) et les effets sonores utilisés (par exemple, le reverb ou la distorsion). Le timbre d'un instrument peut également changer selon la hauteur de la note jouée, et certains instruments ont des timbres qui sont plus caractéristiques que d'autres (par exemple, le son grave et rond du tuba est facilement reconnaissable).

Triangulation

La triangulation est une méthode utilisée pour déterminer la position d'un objet ou d'un point dans l'espace en utilisant des mesures de distance ou des angles par rapport à deux ou plusieurs points de référence connus. Il existe plusieurs techniques de triangulation, la plus utilisée est la méthode de la triangulation à partir de mesures angulaires qui consiste à déterminer la position d'un objet en utilisant des mesures d'angles formés par des lignes reliant l'objet à deux ou plusieurs points de référence connus. En navigation, la triangulation est utilisée pour déterminer la position d'un navire ou d'un avion en utilisant des mesures de distance par rapport à des phares côtiers ou des satellites. En topographie, elle est utilisée pour déterminer les altitudes et les coordonnées des points de la surface terrestre. En cartographie, elle est utilisée pour créer des cartes précises de la surface terrestre. En télécommunication, elle est utilisée pour déterminer la position d'un téléphone mobile ou d'un équipement de communication en utilisant des mesures de distance par rapport à des tours de transmission. En géodésie, elle est utilisée pour déterminer les coordonnées précises des points sur la surface terrestre. En robotique, elle est utilisée pour déterminer la position d'un robot par rapport à ses points de référence.

Vitesse du son

La vitesse du son est la vitesse à laquelle les ondes sonores se propagent dans un milieu donné. Elle dépend du milieu dans lequel le son se propage et peut varier considérablement d'un milieu à l'autre. Dans l'air à une température de 20 degrés Celsius, par exemple, la vitesse du son est d'environ 343 mètres par seconde. Il existe plusieurs manières de calculer la vitesse du son : 1. En mesurant le temps t que met une onde sonore pour parcourir une certaine distance d, la vitesse du son c est alors c = d/t 2. En mesurant la longueur d'onde l si l'on connaît la fréquence du son f, la vitesse du son est alors c = l*f 3. En mesurant la fréquence de résonance de l'air dans une cavité comme par exemple un tube ou une bouteille ou un résonateur de Helmholtz. On en déduit la vitesse du son qui est un paramètre de la formule analytique. Ces trois méthodes font appel à des caractéristiques différentes des ondes sonores et permettent de calculer avec précision la vitesse de ces ondes.
bottom of page